Une émission avec plusieurs débats, le Club Europe de LN24 diffusé le 2 décembre a évoqué plusieurs sujets controversés, tel que la crise sanitaire, la manche, les relations UEAfghanistan, et le nouveau candidat à l’élection présidentielle française.

En ce qui concerne la crise sanitaire, ce sont les discussions autour des vaccins obligatoires qui ont créé un débat parmi les participants, au vu du nouveau variant de Covid : Omicron. Dave Clark, chef de bureau AFP (Agence France-Presse) à Bruxelles, a déclaré que ce n’est pas à Ursula Von der Leyen de dire si les vaccins devraient être obligatoires, suite à sa déclaration qu’on devrait le considérer. Le fait qu’elle n’est pas élue suggère qu’elle n’a pas les compétences pour faire appliquer cette obligation, quelque chose avec laquelle l’invitée Frédérique Ries était d’accord. La députée du parti Renew nous a rappelé qu’il n’y a rien de certain dans cette pandémie, mais qu’on ne devrait pas diviser les gens entre ce qui sont contre ou en faveur des vaccins, mais plutôt focaliser sur l’activation de la troisième dose du vaccin partout. Cependant, la troisième invitée Federica Bianchi, journaliste à l’Espresso, a affirmé que Von der Leyen n’a que lancé le débat, ce qui d’autres états comme l’Autriche ont déjà fait. Bianchi était d’avis que les vaccins obligatoires pourraient laisser les gens qui ont changé d’idée et sont devenus pour les vaccins, de se vacciner.

Un autre sujet actuel et compliqué : la Manche et les nombreux réfugiés qui la traversent, ou y meurent, une tragédie qui s’est passée encore la semaine dernière. Clark a dit qu’il faut avoir une relation politique des deux côtes, entre la France et la Grande Bretagne, pour résoudre ce problème continu. Mais, comme Ries a noté, il y a un certain climat d’inquiétude et des soucis entre les deux états, surtout depuis le Brexit, ce qui complique une politique conjointe d’asile. La migration est une question actuelle dans d’autres pays européens aussi, surtout à la frontière entre la Biélorussie, la Pologne et la Lituanie. Les tensions y sont en haute, et Bianchi a dit que l’UE a une vraie responsabilité d’accueillir les refugies qui fuient des états ou les droits de l’homme ne sont plus respectés. Clark a réitéré le sentiment, rappelant que tout le monde a le droit d’asile.

Clark lui-même a une certaine expérience d’un autre pays d’où ils viennent beaucoup de refugies ; l’Afghanistan. Récemment, un porte-parole du Taliban a dit que le groupe veut de l’aide de l’UE. Clark a remarqué qu’au pays maintenant il n’y a plus de réserves, ni de banques, ni d’argents, ni même d’économie. C’est une situation très dangereuse pour les citoyens, ou beaucoup d’entre eux font face à une vraie famine. Bianchi et Ries étaient toutes les deux en accord avec le fait qu’on devrait donner de l’aide humanitaire aux gens, et pas au Taliban, mais elles ont même avoué que c’est extrêmement difficile de le faire. Néanmoins, Bianchi a déclaré que l’Europe doit garder ses valeurs, et ne pas laisser les gens mourir au Afghanistan, et en même temps être strict et montrer aux Talibans qu’il faut respecter les droits de l’homme pour recevoir de l’aide. Tout le panel était d’avis que le Taliban n’a pas changé fondamentalement, mais qu’il faut mettre des conditions et exiger l’inclusion des filles et des femmes dans la société afghane.

Le dernier sujet abordé était ce du nouveau candidat à la présidence française : Éric Zemmour. Un journaliste avant, il présente des idées d’extrême droite qui peuvent être inquiétantes, mais Ries a dit que son image plutôt la fait rire. Tout le panel le considère comme un peu ridicule et pathétique, mais en même temps Bianchi a dit qu’il ne faut pas sous-estimer son impact. Même s’il n’est pas élu, ses opinions peuvent encourager l’électorat républicain plus à droite à voter pour lui, ou pour Marine le Pen, ce qui changerait l’arrière-plan politique du pays.

Émission diffusée ce jeudi soir à 17h10 sur VOO : Canal 1, Telenet : Canal 16 pour la Wallonie et Bruxelles et Canal 140 pour la Flandre, Proximus Pickx : Canal 18 et Orange : Canal 90. Vous trouverez aussi l’émission disponible sur toutes les plateformes digitales dont AUVIO : à partir de vendredi, ne la manquez pas !